Échapper au mal du pays

How to
30 juillet 2017 / By / , , / 2 Comments

En 3 mois et demi de voyage, j’ai vécu une courte période durant laquelle j’ai vraiment été homesick. C’était à la fin de mon mois au Vietnam, qui avait été très intense, et difficile physiquement et mentalement. Mes amis me manquaient, ma vie parisienne me manquait, mon chez-moi, mes meubles, mes vêtements, mes habitudes. Je me sentais incomprise et perdue; j’en suis même arrivée à regretter d’avoir rendu mon appartement, et à douter de moi.

Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le mal du pays.

J’ai beaucoup réfléchis à ce moment là, et observé les choses qui me faisaient du bien. Et ma petite découverte est qu’il faut donner à nos sens des souvenirs de notre vie d’avant. Des sons, des goûts, des contextes. Vous allez me comprendre. Voici quelques astuces pour combattre et finalement donc mon cas, éradiquer ce satané le mal du pays !

Utilisons nos sens

Tam Coc, Vietnam

 

Se promener quelque part qui nous rappelle chez nous (la vue)

Quand on a le mal du pays, on peut sentir la distance géographique avec notre pays s’étiréée et augmentéée encore et encore. Ces milliers de kilomètres nous paraissent insurmontables, et on rêve parfois de retrouver notre confort facile et si prévisible.  La première chose qui m’a vraiment soulagé, et que j’ai répété plusieurs fois par la suite, c’est de me promener dans… un centre commercial. Grand, froid, aseptisé, généralement rempli de Zara et cie. Je n’achetais rien, mais j’essayais, je profitais de l’air climatisé, je me promenais dans les rayons et ça me faisait sentir « comme à la maison ». Le merchandising d’un Zara à l’autre est sensiblement le même, qu’on soit en Europe ou en Asie 😀 j’avais presque l’impression d’être aux Quatre Temps de la Défense !

 

Kampot, Cambodge

 

Revivre une vieille habitude (le « toucher », le confort)

Consacrer une demi journée ou plus, à faire quelque chose qu’on faisait dans notre ancien chez nous. Pour moi, c’est regarder un maximum de séries, sous la couette, en faisant des sudokus héhé. J’ai pris une journée pour faire ça, et qu’est-ce que je me sentais bien après ! Toute ressourcée. C’est important parfois d’arrêter de courir après les visites, et juste de souffler… parce que visiter pour visiter, ça ne sert à RIEN. Il faut avoir l’esprit léger et ouvert pour absorber toutes ces nouvelles cultures.

 

Rendre plus vivante la communication avec ses proches (l’ouïe)

Privilégier les appels vidéos skype ou les mémos vocaux (sur Messenger ou WhatsApp) aux gros pavés écrits. J’ai mis du temps à trouver cette astuce, mais ça change tout ! Même si, avec le décalage horaire, la réponse n’est pas immédiate, qu’est ce que c’est magique d’entendre la voix de nos amis réagir à nos histoires, leurs intonations, leurs expressions… ça rend la discussion plus spontanée et ça fait un bien fou, presque comme s’ils étaient là. On se sent tout de suite moins seul(e).

 

Chiang Mai, Thaïlande

 

Mangé un bon petit plat de chez nous (le goût et l’odorat)

Mangeeerrrr 😉 celle-là n’est pas facile ! Mais il m’est arrivé au Vietnam de trouver une délicieuse pizza comme en Italie (à Can Tho, je suis d’accord j’ai eu de la chance haha); ou un bon restaurant d’inspiration française à Bali (Monsieur Spoon, Canggu). Le goût, l’odorat, peuvent nous faire vivre des réminiscences très intenses et l’espace de quelques secondes, on est transporté dans notre vie « d’avant ». Cela apporte beaucoup de confort et je ne m’en prive pas :p Sinon, il m’arrive aussi d’aller chez Starbucks ! Rien ne me rappelle plus mon confort d’avant que le goût de leur café !

Si vous avez d’autres techniques pour éradiquer cette vilaine homesickness, je suis bien curieuse de les lire 😀 partagez-les please ♥

 

Ubud, Bali, Indonésie

You Might Also Enjoy Reading

Le jour où j’ai décidé de faire le tour du monde
19 novembre 2016

2 Comments

  1. Léa dit :

    Super article ! Je pars la semaine prochaine en road trip avec un billet sans retour vers l’Australie.. et je pense que ton article pourra sûrement m’aider lors des coups de mou!
    Bon voyage à toi !

    • AC dit :

      Merci beaucoup ! 😉 pareil que toi, en Asie sans retour, tu vas voir c’est magique, profite bien !

Leave a Reply

Combien font * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Auteur

Salut, moi c'est AC : je suis libre, optimiste, curieuse. Je prends des photos, je médite, j'arpente le monde, je danse pendant des heures et je ris aux éclats. J'espère que vous apprécierez mon voyage... Pour en savoir plus, cliquez sur le dessin. Bienvenue sur mon blog !

Follow me on FB
  • Follow my everyday travel @acthewildchild
    Snapchat
    My Fav Brand